Les aciers inoxydables présentent la particularité de se suffire à eux-mêmes, leur couche de protection se formant spontanément au contact de l’oxygène. Néanmoins, chaque acier peut être modifié pour obtenir un nouveau coloris permanent. Plus faciles à travailler et à souder, les aciers inoxydables sont particulièrement indiqués dans le domaine du bâtiment. Toutes les informations à leur sujet sont traitées dans la norme européenne EN 10088 que nous détaillerons ici.

Finitions d’usine

Les finitions d’usine sont les plus basiques et la norme pour les finitions de l’acier inoxydable, c’est pourquoi ce sont les plus utilisées. Pour résister à la corrosion, ces dernières sont décapées après le laminage à chaud, puis recuites. Il en existe 4 :

  • 1D : Il s’agit d’un laminage effectué à chaud, après lequel les produits sont recuits et décapés. On utilise souvent le 1D pour les tôles épaisses et pour les plaques, en raison de son aspect mat, rugueux, qui n’a presque pas d’effet miroir. C’est une finition non décorative mais plutôt utilitaire.
  • 2D : Il s’agit d’un laminage effectué à froid, puis recuit et décapé. On utilise souvent le 2D dans l’industrie et aussi en architecture lorsque l’aspect de surface n’est pas une priorité : cette finition est mate, n’a pas d’effet miroir, et est sensible aux empreintes de doigts.
  • 2B : Identique au laminage 2D, le laminage 2B subit une repasse au laminage qui lui donne un aspect plus brillant; il est également sensible aux empreintes de doigts.
  • 2R : Avec un laminage à froid et un recuit sous atmosphère contrôlée, la finition 2R est la plus lisse et la plus brillante existante grâce à une opération de “skin-pass”. La finesse de sa surface permet de garantir la rétention de contaminants atmosphériques et d’humidité en comparaison des autres finitions d’usine.

Finitions polies et brossées

Il est possible de réduire le nombre d’opérations visant à obtenir une finition particulière en ciblant la finition initiale s’approchant le plus des résultats souhaités à l’état final. Néanmoins, il reste nécessaire de bien prendre en compte la performance du matériau dans son environnement, qui dépend de la finition elle-même. Pour s’assurer d’un rendu optimal, il peut être nécessaire d’établir une spécification de polissage : un cahier des charges dont doit s’approcher au mieux la finition de l’acier recherchée, qui prend en compte la rugosité de surface et un critère de contrôle.

On distingue 2 grands types de finitions mécaniques :

  1. celles qui sont réalisées en milieu humide (avec une huile abrasive), elles donnent une surface très douce et une brillance élevée avec peu de risque de différenciation entre deux coulées distinctes, et sont donc plus coûteuses.
  2. celles qui sont réalisées en milieu sec (avec des bandes abrasives ou des brosses), qui donnent également une surface douce et une brillance élevée, mais peuvent être esthétiquement distinguées entre deux coulées.

Les différentes finitions polies et brossées

  • 2G : elle présente une surface abrasée qui dépend du caractère de rugosité des bandes abrasives qui ont servi à la finition. Elle présente peu de réflexivité.
  • 2 : lisse et sans rugosité, cette finition est adaptée aux applications architecturales en intérieur.
  • 2K  : une surface lisse à l’aspect légèrement abrasé prédisposée aux applications en extérieur grâce à sa résistance à la corrosion atmosphérique.
  • 2P : le poli miroir qui réfléchit absolument tout grâce à des matériaux de finition créés à cet effet.

Finitions à motifs

Les finitions à motifs disposent de 3 avantages :

  • leur côté esthétique adaptable à divers environnements
  • leur planéité qui permet d’éviter des effets d’optique indésirables parfois associés à l’utilisation de l’acier poli, comme les rayures et les bosses par exemple
  • l’économie qu’elles permettent de réaliser grâce au libre-choix de l’épaisseur du matériau

On distingue :

  • la finition 2M, qui correspond à un gravage recto uniquement. Elle est idéale pour les comptoirs ou les parois murales.
  • la finition 2W, correspondant à un gravage recto-verso. Elle est idéale pour les aménagements extérieurs et les lieux à fort taux de passage (le guichet d’une gare par exemple).

 

Finitions grenaillées, sablées, microbillées

Les finitions grenaillées, sablées ou microbillées permettent d’obtenir un rendu mat non réflexif.

Quelques remarques :

  • il n’est pas possible d’utiliser de grenaille en acier au carbone : cela risquerait de contaminer la surface de l’acier inoxydable, comme d’autres sables pouvant contenir de l’oxyde de fer.
  • pour obtenir ce rendu final, l’acier subit un écrouissage pendant le grenaillage : cela peut provoquer une relaxation des contraintes de la tôle ou de la pièce, qui peut être évitée en projetant le grenaillage de chacun des deux côtés de la surface afin d’équilibrer les contraintes.

Finitions électropolies

Idéale pour transformer une finition rugueuse en finition réfléchissante et ultra-lisse, la technique de l’électropolissage est particulièrement adaptée aux surfaces complexes.
Le but : renforcer la brillance de la surface.  La conséquence sur la solidité du matériau : la surface augmente sa résistance à la corrosion grâce à son aspect lissé permettant un nettoyage plus poussé et défavorable à la rétention d’éventuels contaminants.  Attention toutefois, cette finition n’égale pas le poli miroir suscité.

Finitions colorées électrolytiquement

Les finitions colorées ont un but esthétique de départ, mais peuvent également intervenir suite à une décoloration provoquée par une oxydation de la surface.
La couleur obtenue est fonction du temps d’immersion dans la solution acide : un film est créé qui s’épaissit plus ou moins (de 0,02 micromètre à 0,36 micromètre) et dont le coloris varie du bronze au vert, en passant par l’or, le bleu, ou le rouge, au fur et à mesure du temps passé dans la dite solution. Les rayons ultraviolets et les fissurations n’ont aucun impact sur la coloration du rendu final qui restera permanent. Un fini mat donnera une coloration mate tandis qu’un fini poli miroir donnera un aspect coloré réfléchissant.

Remarque : il n’est pas possible de souder un acier inoxydable coloré sous peine de détruire le film. De même, l’emploi de paille de fer, d’autres abrasifs ou de produits chlorés pourrait détruire la surface colorée.

Finitions à motifs et fond électrolytiquement coloré

L’acier inoxydable texturé est un excellent support pour les techniques de coloration. La création d’un relief et d’un contraste grâce à la colorisation offrent une esthétique remarquable et les finitions en creux sont moins susceptibles d’être endommagées.

Revêtements organiques

Les revêtements organiques sont développés pour la couverture ou pour le bardage et constituent une alternative formidable aux produits plus traditionnels. Ils sont disponibles en tant que primaires ou sous forme de primaires avec revêtement PVF2 ou acrylique.

Leurs qualités :

  • une longue durée de vie et une adhérence optimale
  • une disponibilité dans de nombreux coloris
  • une propension à la soudure (à condition d’avoir incorporé de la poudre métallique au sein du revêtement)
  • la propension au collage avec d’autres revêtements

Finitions spéciales

Enfin, chaque acier peut subir des interventions de techniques spécialisées permettant des finitions diverses et variées : grenaillage, coloration, sensibilisation par photorésistance, attaque acide, réalisation de motifs, meulage ou encore polissage. Elles peuvent être réalisées à l’unité, ou alors on peut les compiler les unes aux autres. De nombreux spécialistes proposent des procédés spécifiques, afin de personnaliser chaque acier inoxydable, comme certains sérigraphies par exemple.


Si vous êtes intéressé par la découverte de notre savoir faire, n’hésitez pas à nous poser vos questions.

email: contact@tecnok.fr

Poser votre question

Adesol Groupe

Adesol Groupe