Le couvre-joint de dilatation

Très utilisés dans le secteur du bâtiment, les couvre-joints de dilatation peuvent être plats ou d'angle avec finition PVC, laiton ou aluminium. A fixer avec des clips et/ou à coller, ces éléments sont conçus pour habiller et protéger tout type de structure : façades, murs, plafonds et sols relativement peu sollicités.

Pièce effilée, le couvre-joint de dilatation permet une transition couverte au-dessus de l'ouverture du joint. La vocation du couvre-joint est aussi esthétique que technique puisque ce profilé de finition assure la protection du joint qu’il calfeutre et peut-être peint ou anodisé.

C’est par son mode de fixation ou sa conception, que le couvre-joint tiendra malgré le mouvement des deux structures qui se trouvent de part et d’autre.

Les mouvements dans un bâtiment

Un couvre-joint de dilatation fait principalement face à 4 types de mouvements de bâtiment :

  • cycles de dilatation/contraction thermique ;
  • tassement du bâtiment,
  • balancements liés au vent,
  • secousses sismiques.

Du fait des différentes natures et intensités de ces mouvements du bâti, le couvre-joint de dilatation doit être en mesure de supporter des tensions et compressions dans toutes les directions de type oscillatoire.

Dilatation ou contraction thermique

La structure qui se dilate ou se contracte en fonction des changements de température, ou qui se réduit à mesure qu'elle se dessèche, entraîne des mouvements du béton.

Tassement du bâtiment

Avec le temps, les charges permanentes et mobiles de la structure sur les fondations de support peuvent causer un tassement du bâtiment. Ce phénomène peut être « uniforme » ou « différentiel » et s’opère de façon lente.

Balancement dû au vent

Les vents, qui forcissent dès que l’on prend un peu de hauteur, peuvent avoir un effet sur la structure. En effet, la prise au vent de la structure est supérieure en altitude, ce qui peut engendrer un balancement du bâti. Ce phénomène amène avec lui le risque de voir se déformer la structure.

Activité sismique

Les événements sismiques peuvent causer des mouvements multidirectionnels, qui peuvent être considérables selon la magnitude de l'activité. Le couvre-joint de dilatation doit alors faire face aux mouvements de cisaillement et de compression horizontaux, latéraux et transversaux.

Quels sont les différents couvre-joints utilisés ?

On va choisir le mode de pose d’un couvre-joint en fonction de l’usage et de la fréquentation estimée du lieu. On distingue plusieurs mode de fixation pour les couvre-joints de dilatation.

Les différents types

À coller

Principalement utilisés en intérieur pour recouvrir les joints de dilatation de murs et de sols à trafic léger, ces couvre-joints assurent une finition de qualité esthétique et un collage simple. Ce dernier s'effectue par simple pression, via l'intermédiaire de bandes latérales adhésives d’un seul côté du joint de dilatation. On privilégiera ce modèle de couvre-joint pour les murs.

À fixer mécaniquement

Les couvre-joints peuvent également être pré-percés pour une fixation mécanique par vis. Ils s'intègrent parfaitement à tous types de structures, aussi bien en intérieur qu'en extérieur. Ce mode de fixation des couvre-joints de dilatation est obligatoire pour la protection des joints de sol dans les lieux à forte fréquentation.

À clipser

Les couvre-joints à clipser sont les plus utilisés pour le recouvrement des joints de dilatation de façades. Economiques et esthétiques, les couvre-joints clipsables sont également très rapides à poser.  

Les matériaux

Divers matériaux peuvent être employés pour la fabrication de couvre-joints, que l’on choisira selon le budget, leur lieu d’implantation, le trafic, ou encore le style d’aménagement intérieur de la construction.

L’aluminium

Que cela soit pour les couvre-joints de dilatation à clipser, à fixer ou à coller, l’aluminium est favorisé pour les nombreuses finitions qu’il propose. Brut, thermolaqué ou anodisé, le couvre-joint aluminium apporte une véritable plus-value décorative et se veut un matériau très résistant.

Le PVC

Particulièrement utilisé pour la fabrication des couvre-joints à clipser, le PVC est le matériau économique. Disponible dans différents coloris, le couvre-joint en PVC s’intègre à l’intérieur et à l’extérieur.

Le laiton

Le laiton pour sa part, est un matériau robuste et esthétique, qui se décline en de nombreuses finitions brut ou poli, canon de fusil ou bronze médaille par exemple. On utilise le laiton en intérieur aussi bien pour la conception de couvre-joints de dilatation à fixer, clipser ou coller. Il faut tenir compte de son oxydation naturelle.

Quelle utilisation pour les couvre-joints de dilatation ?

Les couvre-joints de dilatation sont utilisés dans toutes les constructions, pour couvrir et protéger esthétiquement les joints de dilatation qui scindent les dalles de béton des sols, murs et plafonds. Selon les caractéristiques inhérentes à leur emplacement, il convient de sélectionner soigneusement le couvre-joint de dilatation adapté.

Ainsi, pour une insertion en bâtiment médical ou laboratoire par exemple, dans lequel l’hygiène est d’une importance capitale, on choisira un couvre-joint affleurant la surface et qui soit simple à nettoyer. Encore, on peut intégrer des couvre-joints de dilatation étanches dans des lieux humides comme les parkings, ou sélectionner des matériaux de fabrication efficace pour l’insertion de couvre-joints dans les aéroports, qui nécessitent de supporter des charges extrêmes.

  

Demande de devis

Laissez-nous vos coordonnées et nous vous recontacterons très rapidement afin de vous guider, et vous conseiller sur nos produits.